26 sept. 2010

Cannelés bordelais


Cette recette nécessite normalement une nuit de repos au frigo avant cuisson. Mais si vous manquez de temps ou si, comme moi, vous êtes pris par une irrésistible envie de cannelés, laissez juste la pâte refroidir avant de mettre les cannelés au four.
Ayant déjà essayé, je ne trouve pas beaucoup de différences entre les deux résultats.


Préparation : 10 min
Cuisson : 1 h au moins

Ingrédients (pour 16 cannelés) :

- 50 cl de lait
- 2 œufs entiers et 2 jaunes 
- 1/2 gousse de vanille ou ½ cuillère à café d’extrait de vanille liquide
- 3 ou 4 cuillères à soupe de rhum
- 100 g de farine
- 200 g de sucre en poudre
- 25 g de beurre

Préparation :

La veille : faire bouillir le lait avec la vanille et le beurre. 

Pendant ce temps, mélanger la farine, le sucre puis incorporer les oeufs d'un seul coup, verser ensuite le lait bouillant. 

Mélanger doucement afin d'obtenir une pâte fluide comme une pâte à crêpes, laisser refroidir, puis ajouter le rhum.

Placer au réfrigérateur 24 heures au minimum, 48 heures au maximum. 

Le jour J : sortir la pâte du frigo au moins une heure avant la cuisson.

Préchauffer le four à thermostat 9 (270°C). 

Verser la pâte dans les moules, en ne les remplissant qu'aux 3/4 : poser les moules sur une tôle, et cuire à th. 9 pendant 5 minutes, puis baisser le thermostat à 6 (180°C) et continuer la cuisson pendant au moins 1 heure (cela dépend de votre four ; chez moi ça prend 1 h 20!) : le cannelé doit avoir une croûte brune et un intérieur bien moelleux. 

Démouler encore chaud.

16 sept. 2010

Confiture de tomates vertes


Cuisson : 3 h

- 2 kg de tomates vertes
- 1.5 kg  de sucre
- 3 citrons

Préparation :

Ramassez vos tomates qui ne mûriront plus (on est à Québec, mi-septembre, fini les tomates rouges).



Couper les tomates en fines tranches. Alterner une couche de tomates avec une couche de sucre.
Laisser macérer une journée.



Le lendemain, faire cuire le tout environ 3 heures en ajoutant au préalable le zeste d'un citron et le jus des 3 citrons.



Mettre en pots.

13 sept. 2010

Choucroute

Et voici  ma première choucroute, je me suis inspirée de cette recette http://www.banlieusardises.com/choucroute et l'ai adaptée selon les ingrédients que j'ai pu trouver à Québec.
On s'est régalés et, vu que j'en ai fait pour un régiment, on en a encore pour demain, voire après demain !

11 sept. 2010

Croquettes de pommes de terre au Comté


Quand je fais trop de purée, ce qui m'arrive assez souvent, car je ne me contrôle plus quand il s'agit de patates, j'en profite pour faire ces bonnes croquettes avec les restes.

Ingrédients :

De la purée assez compacte, surtout pas trop liquide
Du persil
1 tasse de Comté
De la muscade

Pour la panure :

1 bain de farine
1 bain d'oeufs battus
1 bain de chapelure

Mélanger le persil haché, le Comté râpé et une bonne pincée de muscade moulue à la purée. Formez des boulettes entre vos mains. Passer chaque boulette dans la farine, puis dans l'oeuf battu et pour finir dans la chapelure. Je recommence une deuxième fois l'étape oeuf et chapelure car j'aime avoir une croûte assez épaisse mais une seule fois peut suffire.
Faire cuire les croquettes dans une friteuse à 165°C maximum jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées.
Servir immédiatement

Gnocchis de pommes de terre



1 kilo de pommes de terre à chair jaune (des vieilles patates si possible, bien mieux que les pommes de terre nouvelles)
300 grammes de farine ou plus selon la qualité de vos pommes de terre
1 oeuf
muscade


Cuire les pommes de terre avec leur peau à la vapeur. J'ai cuit les miennes à la vapeur à l'autocuiseur pendant 15 minutes, c'était parfait. Il semble important de cuire les pommes de terre avec leur peau (que vous les cuisiez à la vapeur, à l'eau, au four ou au micro-ondes) pour éviter qu'elles ne se gorgent d'eau. Et vous ne voulez pas trop d'eau dans la pâte, parce qu'alors il faudrait mettre plein de farine et vos gnocchis auraient le goût de ceux de Lustuc.. 

Eplucher les pommes de terre, et les réduire en purée à la fourchette ou au presse-purée. Eviter le mixer qui déchire les parois des cellules et des amyloplastes (les petits sacs qui contiennent l'amidon des pommes de terre) : quand l'amidon est libéré de cette façon, la purée est gluante, gélatineuse (et les gnocchis risquent d'avoir une consistance proche du chewing-gum, comme chez Lus...). 

Mélanger à la purée de pommes de terre encore chaude l'œuf battu et 300 g de farine et la muscade. La pâte est alors trop compacte pour être mélangée à la cuillère, pétrir alors à la main pour qu’elle soit bien homogène. Ça colle aux doigts, c'est normal. N'hésitez pas à ajouter la farine si nécessaire car la quantité de farine dépend de la qualité de vos pommes de terre.
Fariner le plan de travail. Prendre une cuillère de purée, la façonner en rouleau du diamètre d'un doigt (ou 1.5 cm environ). Couper des tronçons de 2 / 2.5 cm.
Pour donner du relief aux gnocchis, appuyer chaque tronçon sur le dos d'une fourchette, et rouler pour décoller et obtenir une forme de coquille. Ce n'est pas la partie la plus rapide de la recette, il faut prendre le coup de main. Cette étape est donc facultative.

Ranger les gnocchis façonnés sur le plan de travail fariné sans les superposer (pour ne pas qu'ils se collent entre eux).

Faire bouillir une grande casserole d'eau salée, y plonger les gnocchis par petites quantités. Quand ils remontent à la surface, ils sont cuits. Repêcher avec une écumoire, réserver, et continuer la cuisson.
S'ils ne sont pas consommés ou cuisinés immédiatement, ajouter aux gnocchis cuits une noisette de beurre ou d'huile, pour éviter qu'ils ne collent entre eux.